L’animal dans la guerre d’hier à aujourd’hui

Depuis l’antiquité, l’homme utilise les animaux à des fins militaires. En Inde comme dans l’empire Perse ou encore au Vietnam des éléphants étaient ainsi utilisés. Il suffit de repenser à Hannibal et à sa traversée des Alpes avec ses éléphants ! Nombreuses sont les espèces animales qui malgré elles, ont contribué ainsi à l’effort de guerre et cela jusqu’à nos jours !

Des mémoriaux pour les animaux

Ils sont nombreux ces mémoriaux érigés à la mémoire de tous ces animaux tombés à la guerre. Lors de la 1ère guerre mondiale, pigeons voyageurs, chiens, mules, bœufs, chevaux etc… sont tous employés à différentes fins. Communication, transports d’armes, de blessés, sauvetages etc… ces animaux ont péri par millions. Les chiens ont ainsi eu différentes missions dont certaines fort dangereuses. Choisis pour leur ouïe fine, leur odorat et bien entendu leur fidélité, ces chiens ont rendu d’énormes services. Le chien de guerre tout comme un soldat a son matricule, un livret militaire et touche une ration quotidienne. Certains ont même été décorés pour leur bravoure et les services rendus. Sans oublier les mascottes des régiments et tous les animaux recueillis ici et là sur les routes et villages détruits. Les chevaux font parties des animaux les plus mobilisés au détriment du travail des champs. C’est pourquoi beaucoup ont été importé des États-Unis et d’Argentine voire d’Australie afin d’aider l’armée française durant la grande guerre.

Le plus vieux colombier d’Europe

Il se trouve en banlieue parisienne et est aujourd’hui encore en service. L’armée française maintient ainsi les traditions avec plus de 200 volatiles. Durant la seconde guerre mondiale, il est totalement interdit de posséder des pigeons voyageurs dans les territoires occupés.

Le bien être animal

Durant les conflits mondiaux, le bien être animal n’est bien entendu pas une priorité. Nombreux seront les chevaux abattus pour des raisons sanitaires, d’autres pour leur âge, leur viande etc… Aujourd’hui l’animal à des droits qui sont reconnus. Les maîtres ont ainsi des devoirs et des responsabilités vis à vis de leur animal de compagnie. Nourriture saine et adaptée, produits d’hygiène et de dermatologie afin de préserver leur santé.